Aude SEIGNE — Une toile large comme le monde (Zoé)

Aude SEIGNE— Une toile large comme le monde (Zoé)
Lien site éditeur : http://www.editionszoe.ch/livre/une-toile-large-comme-le-monde

Un extrait :

« –Tu sais, Jude, peut-être que quand tu passes tes doigts dans les cheveux d’Oliver, il y a un câble qui tombe en panne quelque part. Peut-être que si tu lui faisais un massage crânien, on provoquerait carrément un black-out, la fin des câbles, la fin d’Internet, la fin du monde ?

–Je vois, répondit John.

–Vous confondez avec les dominos intervient Oliver.

Les yeux toujours mi-clos, il tend sa main devant lui, dessinant dans l’air des étapes, comme s’il découpait l’espace avec le tranchant de sa paume.

–Papillon : cause minuscule, effets immenses, lien absurde. Domino : cause et effet de même taille, mais, par réaction en chaîne, on obtient un effet final grandiose.

Evan et June se regardent avec une moue excessivement admirative.

–Il est tellement intelligent, dit John travaux routes. Pourquoi il sort avec nous ?

Les gens confondent donc le papillon le domino, la légèreté fantasque et la chute implacable. Or, ce qui nos trois Portlandais ignorent, c’est qu’ils sont en train d’échafauder ce qui pourrait bien provoquer la fin d’internet. Un concours de circonstances plutôt qu’un événement isolé, une conjonction d’actions en elles-même rares plutôt qu’une catastrophe massive. Et devant le concours de circonstances, tout le monde baisse les bras, parce que ce n’est ni une théorie ni métaphore – marre de ces explication causale, à la fin – non, cela arrive, simplement. Par exemple le 28 juin 1914 lorsque l’archiduc François-Ferdinand passe devant Gavrilo Princip qui souhaite l’assassiner, qui rate l’occasion et blesse, à la place, un officier et quelques badauds. Plus tard dans la journée, François-Ferdinand souhaite rendre visite aux victimes, son chauffeur se trompe de chemin, immobilise le cortège dans une rue où Gavrilo Princip vient justement de s’acheter un sandwich. Celui-ci rattrape le cortège, provoquant les événements que l’on connaît. Oui, un concours de circonstances, malgré la combinaison un peu creuse de ses trois termes, peut tout de même déclencher une guerre mondiale. »

Aude Seigne, Une toile large comme le monde, août 2017, éditions Zoé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s