Emily ST JOHN MANDEL — Station eleven (Rivages)

saint john mandel(Un livre présenté par Guénaël Boutouillet dans le cadre de Rentrez !

Une sélection – présentation subjective de livres de la rentrée littéraire 2016, dans des médiathèques des Pays de la Loire)

Emily ST JOHN MANDEL — Station eleven (Rivages)

Traduit par Gérard de Chergé

Date de parution : 24 août 2016

Présentation sur le site de l’éditeur (cliquer)

Un extrait : http://guenaelboutouillet.tumblr.com/post/150030956059/clark-avait-toujours-eu-le-go%C3%BBt-des-beaux-objets

 

« Clark avait toujours eu le goût des beaux objets — et, dans son état d’esprit actuel, tous les objets étaient beaux. Il examina ceux qui étaient exposés dans la vitrine et se découvrit ému par chacun d’eux, par l’ingéniosité humaine qui avait présidé à leur conception. Regarde cette boule à neige. Imagine le cerveau qui a inventé ces blizzards miniature, l’ouvrier d’usine qui a transformé des feuilles de plastique en flocons de neige, la main qui a dessiné le plan de cette Severn City miniature, avec son clocher et sa mairie, le travailleur à la chaîne qui a regardé la boule glisser devant lui sur un convoyeur industriel, quelque part en Chine. Imagine la femme gantée de blanc qui a inséré les globes dans des boîtes, destinées à être mises ensuite dans des cartons plus grands, puis dans des caisses, puis dans des conteneurs maritimes. Imagine les parties de cartes disputées le soir sur le pont inférieur du navire qui a transporté les conteneurs, une main écrasant un mégot dans un cendrier débordant, un voile de fumée bleutée dans la faible lumière, les sonorités d’une demi-douzaine de langues réunies par les mêmes jurons, les matelots rêvant de terre ferme et de femmes, ces hommes pour qui l’océan était une ligne d’horizon grisâtre à traverser dans des bateaux grands comme des gratte-ciels renversés. Imagine la signature sur le manifeste une fois le bateau arrivé au port, une signature unique au monde, la tasse de café dans la main du chauffeur qui a livré les cartons au centre de distribution, les espoirs secrets de l’employé d’UPS qui a assuré le transport des boîtes de boules de neige jusqu’à l’aéroport de Severn City. Clark secoua la boule et la tint à la lumière. Quand il regarda à travers, les avions lui apparurent déformés, pris dans un tourbillon de flocons. »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s