Elitza GUEORGUIEVA – Les cosmonautes ne font que passer (Verticales)

gueorguieva(Un livre présenté par Guénaël Boutouillet dans le cadre de Rentrez !

Une sélection – présentation subjective de livres de la rentrée littéraire 2016, dans des médiathèques des Pays de la Loire)

 

Elitza GUEORGUIEVA – Les cosmonautes ne font que passer   (Verticales)

Date de parution : 25 août 2016

Présentation sur le site de l’éditeur

Un extrait :

« Distribution des rôles

Décidément, tout t’est interdit en ce moment. Grimper sur des arbres, se balancer trop haut, sauter d’un tremplin ne sont pas des activités de petite fille, te dit ta mère en allumant sa première cigarette de la journée, et tu comprends que l’élévation spatiale, comme tout ce qui est glorieux en général, est réservé aux garçons. Il y a comme une distribution des tâches : tous les garçons que tu connais, ou dont on te parle, camarades, voisins, cousins veulent devenir des cosmonautes un jour, c’est une évidence, cela va de soi et ce serait étrange voire extravagant que cela soit autrement. Ils collent sur leurs murs des affiches avec le visage souriant de Iouri, des images de soucoupes volantes et d’autres objets non identifiés par toi, et soupirent avec émoi lorsqu’à la télévision on montre des images d’archives du premier vol spatial. Ils sont obsédés. Ils s’amusent à former des galaxies et d’autres complots dans la cour de récréation, et s’exercent au vol partout où ça leur chante, en escaladant librement les branches du sapin de Iouri ou ton banc, que tu es obligée désormais de partager avec Constantza.

Les filles ont des objectifs professionnels plus imprécis et franchement dépourvus d’originalité. Dans le flou général des réponses, trois propositions reviennent le plus souvent : infirmières, ballerines, ou pareil que maman. Comme les deux premières te paraissent peu enviables, tu préfères t’en tenir à la troisième, valeur plus sûre mais dont tu regrettes un peu l’évidente absence d’héroïsme : ta mère travaille à la radio, objet inutile, car toujours éteint. Tu te demandes si un autre scénario serait envisageable, qui conviendrait mieux à tes conceptions de l’avenir et du monde en général.

Tes observations se poursuivent pendant les longs après-midi à la campagne où vous visitez la grande famille paternelle : là-bas tu es amenée à échanger avec ton grand cousin Andreï. Assise sagement à côté de ta mère, comme cela t’a été suggéré, tu l’observes se rouler dans la boue, sauter telle une bille, ou se jeter sur la poitrine de la terre et des brins de ce qui ressemble à de petits trèfles, en rugissant Андрей avec persuasion. Là où ta mère aurait perdu ses amygdales et où sa gorge se serait transformée en un volcan éruptif, ta tante lâche simplement un soupir de satisfaction. Elle pointe du doigt la tenue salie de son fils et vous confie qu’elle commence à s’habituer à la lessive tous les jours – occasion pour elle de se vanter de la nouvelle machine à laver que son mari lui a apportée, non sans user de relations, directement de Pologne. Mais avant qu’elle puisse finir sa phrase, Andreï est déjà sur le noyer, que de parasol il change en bombardier : sa mère salue son tempérament vif et courageux, hérité de son père, entraîneur de lutte et éclaireur dans l’armée, tempérament qui lui a valu la place de chef de bataillon, dit-elle, et elle lui lance un regard plein de volupté. Tu n’es pas sûre de comprendre cette dernière fonction mais tu imagines qu’il s’agit encore de quelque chose de difficile d’accès dans ta condition : les filles ont-elles le droit d’être chef de bataillon ? Tu profites d’un court moment où ton cousin a daigné descendre parmi vous pour te renseigner sur ces questions. Il n’a pas l’air de te prendre au sérieux et puis il est déjà occupé à un nouvel exploit – casser un muret dans le jardin, érigé spécialement dans ce but, confirme ta tante émerveillée. Il est temps d’agir à ton tour. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s